INGENICO GROUP : Résultats 2019

 

Communiqué de presseParis, le 25 février 2020

Résultats 2019 Croissance et résultats financiers solides Objectifs 2019 dépassés

Chiffre d’affaires de 3 370 millions d’euros, en hausse de 10% à données comparables1Croissance solide de Retail à 11% en 2019Croissance de B&A à 10%EBITDA2 de 606 millions d’euros, soit 18,0% du chiffre d’affairesSolide free cash-flow de 310 millions d’euros, atteignant 51% de taux de conversionRatio de dette nette sur EBITDA de 2.2x contre 3.1x à fin 2018

B&A : lancement de l’initiative stratégique Payments Platform as a Service (PPaaS)            Création d’une plateforme de paiement globale, sécurisée et basée dans le cloud            50% des activités basées sur ce nouveau modèle de revenus d’ici à 5 ansAmélioration de la qualité des résultats grâce à la transformation du modèle vers un système d’abonnement

Objectifs 2020Croissance organique du chiffre d’affaires net comprise entre 4% et 6%EBITDA supérieur à 650 millions d’eurosTaux de conversion de l’EBITDA en free cash-flow supérieur à 50%

Ingenico Group (Euronext : FR0000125346 - ING), leader mondial des solutions de paiement intégrées, annonce aujourd’hui ses résultats pour l’année 2019.

Nicolas Huss, Directeur général d’Ingenico Group, commente : « Le Groupe a enregistré une performance solide, supérieure à nos attentes sur 2019, avec une croissance organique de 10%. La performance de Retail est pleinement en ligne, en hausse de 11%, et B&A a affiché une performance au-delà des attentes, avec une croissance atteignant 10%. Ce dynamisme, couplé au programme Fit for Growth, a permis de générer un EBITDA solide de 606 millions d’euros, supérieur aux objectifs du Groupe.2019 a été une année de profonds changements, marquée notamment par l’exécution de notre nouveau plan stratégique, dont nous voyons les premiers bénéfices grâce à une organisation plus agile, plus efficace et davantage orientée vers le client. Nous avons relancé B&A et restauré son avantage concurrentiel tout en continuant à investir dans Retail pour accélérer sa croissance. Afin de poursuivre cette dynamique bien amorcée, nous annonçons aujourd’hui une nouvelle étape-clé pour B&A, avec le lancement de l’initiative « Payments Platform as a Service », qui permet de repositionner le point de l’acceptation de paiements plus haut dans la chaîne de valeur, avec un business model plus récurrent.Les équipes d’Ingenico sont pleinement en action pour assurer cette transformation, et notre performance 2019 constitue un socle solide pour assurer le déploiement de notre plan d’action 2020, en ligne avec notre ambition moyen-terme. »

 

Chiffres-clés de l’exercice 2019

(en millions d’euros) 2019 Impact IFRS 16 2019 excl. IFRS 16 2018 PF* 2018 2019 excl. IFRS 16 vs. 2018 PF*
Chiffre d’affaires 3 370 - 3 370 3 032 2 643 +11%
Marge brute ajustée 1 240 5 1 235 1 171 1 048 +6%
  En % du chiffre d’affaires 36,8% - 36,7% 38,6% 39,6% (1,9) pts
Charges opérationnelles ajustées (634) 28 (662) (644) (560) +3%
  En % du chiffre d’affaires -18,8% - -19,6% -21,2% -21,2% +1,6 pts
EBITDA 606 33 573 527 488 +9%
  En % du chiffre d’affaires 18,0% - 17,0% 17,4% 18,4% -0,4 pts
Résultat net, part du groupe 208       188  
             
(en millions d’euros) 2019 Impact IFRS 16 2019 excl. IFRS 16 2018 PF* 2018 2019 vs. 2018
Free cash-flow 310 - 310 - 238 +30%
  % Conversion FCF/EBITDA 51,2% - 54,1% - 48,9% +2,3 pts
Dette nette 1 307 - 1 307 - 1 518 -14% (0,9)x
  Ratio de dette nette/EBITDA 2,2x - 2,3x - 3,1x

* Les chiffres de l’exercice 2018 PF incluent les acquisitions réalisées au cours de l’année 2018 à 100% notamment les opérations BS Payone et Paymark finalisées début janvier 2019.

1. IMPACT DU NOUVEAU FORMAT SUR LA PRESENTATION DU CHIFFRE D’AFFAIRES  
  2019 (en millions d’euros) Croissance organique1 (%)  
En millions d’euros Chiffre d’affaires Commissions d’interchange Chiffre d’affaires net3 Chiffre d’affaires Chiffre d’affaires net  
Retail 1 919 (475) 1 444 11% 12%  
SMBs 343 (97) 246 11% 13%  
Global Online 582 (208) 374 11% 14%  
Enterprise 412 (0) 412 19% 19%  
Payone 582 (170) 412 6% 4%  
B&A 1 451 - 1 451 10% 10%  
EMEA 473 - 473 -5% -5%  
Amérique Latine 325 - 325 64% 64%  
Amérique du Nord 189 - 189 11% 11%  
APAC 463 - 463 2% 2%  
TOTAL 3 370 (475) 2 895 10% 11%  
2. NOUVEAU FORMAT DE PRESENTATION EN BASE PROFORMA  
  2019 (en millions d’euros)
  EBITDA4 Retraitement des coûts corporate EBITDANouveau format
Retail 301 25 326
Marge EBITDA (%) 15,7%   22,6%
B&A 305 25 330
Marge EBITDA (%) 21,0%   22,7%
Corporate - (50) (50)
Marge EBITDA (%) -   (1,7)%
TOTAL 606 - 606
Marge EBITDA (%) 18,0%   20,9%

Performance du quatrième trimestre 2019

Au quatrième trimestre 2019, le chiffre d’affaires ressort à 879 millions d’euros, représentant une croissance organique du chiffre d’affaires brut de 5% et de 7% sur le chiffre d’affaires net. En données publiées, le chiffre d’affaires est ressorti en croissance de 21% par rapport au quatrième trimestre 2018 et intègre un effet de change positif de 7 millions d’euros.

La business unit Retail a réalisé un chiffre d’affaires de 512 millions d’euros, représentant une croissance organique du chiffre d’affaires brut de 10% et de 14% sur le chiffre d’affaires net. A données publiées, le chiffre d’affaires a progressé de 41% au quatrième trimestre et intègre un effet de change positif de 3 millions d’euros. Par rapport au T4’18, les différentes divisions ont évolué, à données comparables, comme ci-après :

  • SMB (+ 7%) : Le quatrième trimestre a été impacté par une baisse des frais d’interchange et par la fin du rééquilibrage de notre risque relatif au portefeuille de clients, initié lors du deuxième trimestre 2019. Sur la base du chiffre d’affaires net, la croissance organique de la division est complètement en ligne avec nos attentes à + 15%. Au cours du trimestre, SMB a continué de faire croître sa base installée de plus de 4 000 nouveaux marchands par mois, en ligne avec la performance commerciale annoncée lors de nos dernières communications. L’offre in-store intégrée dédiée aux ISVs – Bambora Connect – lancée au T2’19, poursuit son déploiement et devrait contribuer à la croissance de SMB en 2020. Nos solutions d’acquiring continuent de croître avec des transactions en hausse de 15% en valeur depuis le début de l’année. Enfin, dans le cadre du plan Fit for Growth, le déploiement de notre offre d’acquiring auprès de nos marchands existants continue de progresser avec le lancement du modèle Bambora dans la région Benelux. 
  • Global Online (+ 9%) : Retraitée de l’impact de la baisse des frais d’interchange, l’activité ressort en ligne avec les attentes, avec une croissance du chiffre d’affaires net de 12%, toujours tirée par une forte croissance dans les régions émergentes, comme en Inde, qui affiche une forte croissance à deux chiffres sur le trimestre. Le vertical du « Voyage » continue de se développer, notamment au travers des gains des contrats Fly Play et StayforLong. Pendant ce temps, en novembre, nos plateformes transactionnelles ont traité des volumes record au cours de l’évènement du Singles Day, avec des clients comme Alipay. Le trimestre est marqué par l’atteinte de plusieurs étapes-clés dans le déploiement de nouveaux produits et services, comme la migration réussie de notre portefeuille de marchands vers des services d’authentification forte, et la poursuite du déploiement d’une gamme complète de méthodes de paiement chinoises à destination des e-commerçants internationaux. 
  • Enterprise (+ 17%) : La performance ressort supérieure à nos attentes, bénéficiant d’une forte traction à la fois sur les ventes de terminaux et sur les activités transactionnelles. Ces dernières ont continué de croître à deux chiffres, performance tirée par la plateforme européenne omnicanale (Axis) dont les volumes traités continuent de progresser, tirés par le gain de parts de marché. Le segment du Self-Service a poursuivi son accélération avec le déploiement de nouvelles solutions full-service. Les ventes de POS ont profité d’une forte dynamique malgré une normalisation de l’activité Healthcare en Allemagne, comme anticipé. L’Amérique du Nord a largement tiré la croissance ce trimestre, profitant d’un nouveau cycle de renouvellement chez les grands retailers américains. Les ventes de POS et les services de notre gateway fiscale en Turquie ont également fortement progressé tout au long du trimestre. 
  • Payone (+ 7%) : La performance de la division ressort en ligne avec les attentes et a accéléré progressivement au quatrième trimestre. Une fois l’impact de la baisse des frais d’interchange retraité, le chiffre d’affaires organique net affiche croissance de 11%. La conversion de la clientèle des Caisses d’Epargne aux solutions de paiement de Payone a continué de progresser, avec un rythme de plus de 1 000 nouveaux marchands intégrés chaque mois à la plateforme. Le déploiement de son offre full-service certifiée au cours du premier semestre continue à se poursuivre, et de nouveaux produits ont été déployés, comme la solution PSD2 dédiée au vertical du Pétrole. La division est désormais pleinement intégrée. Le partenariat réussi avec les Caisses d’Epargne est un facteur-clé de différenciation dans la région DACH qui continue d’opérer un basculement progressif vers l’utilisation des paiements électroniques sur le long-terme. 

         Au cours du trimestre, B&A a réalisé un chiffre d’affaires de 367 millions d’euros, stable à données comparables. A données publiées, le chiffre d’affaires ressort en croissance de 1% et intègre un effet de change positif de 4 millions d’euros. En comparaison avec le quatrième trimestre 2018, les différentes régions ont évolué comme ci-après à données comparables :

  • Europe, Moyen-Orient et Afrique (- 6%) : La région ressort conforme aux attentes, avec un chiffre d’affaires dans la même dynamique qu’au T3’19. Le chiffre d’affaires des pays matures se stabilise sur le trimestre, avec la France et l’Espagne affichant des dynamiques positives. Comme anticipé, l’Europe de l’Est est en baisse, toujours impactée par une demande faible des banques locales. En parallèle, le Moyen-Orient et l’Afrique affichent une forte dynamique notamment à Dubaï, en Arabie Saoudite ou en Afrique du Sud. Les solutions APOS rencontrent également un accueil positif de la part des banques et des acquéreurs, ce qui devrait conduire à des premières contributions de chiffre d’affaires en 2020.  
  • Asie-Pacifique (- 18%) : Les performances de la région ressortent inférieures à nos attentes au quatrième trimestre, impactées par une plus faible demande en Chine, qui ne suffit pas à rattraper la bonne dynamique enregistrée en Australie et dans les autres pays asiatiques. La Chine a continué d’être affectée par une allocation budgétaire concentrée sur le premier semestre 2019 et a souffert d’une base de comparaison élevée. En Asie du Sud-Est, la dynamique s’est ralentie avec la stabilisation progressive de l’Indonésie qui avait enregistré trois trimestres consécutifs de forte croissance. L’Inde conserve un bon momentum, toujours assuré par le développement de solutions de paiements électroniques et l’Australie affiche une dynamique forte, tirée par la demande des banques. 
  • Amérique Latine (+ 25%) : La performance est en ligne avec nos attentes malgré un ralentissement de la croissance au quatrième trimestre, mais conservant toujours un niveau élevé, portée par la dynamique du marché brésilien. La croissance continue d’être tirée par un momentum favorable du marché et par le déploiement de nos solutions traditionnelles et APOS auprès des principaux acteurs locaux. Les contrats remportés au cours du premier semestre en Colombie, au Pérou, en Bolivie et au Chili ont confirmé l’accélération de la croissance déjà visible au cours du troisième trimestre 2019. L’activité au Mexique continue à croître, s’appuyant sur la demande régulière des grandes banques locales.  
  • Amérique du Nord (+ 31%) : La performance de la région ressort supérieure à nos attentes, avec une forte dynamique sur le marché américain. Le marché canadien demeure sous pression, mais le chiffre d’affaires se stabilise sur le quatrième trimestre. L’activité aux Etats-Unis a progressé au quatrième trimestre, tirée par une forte demande liée au cycle de renouvellement EMV et des gains de parts de marché. Le vertical des ISVs a été dynamique, porté par l’exécution de contrats et le développement d’un programme de partenariat. Les Etats-Unis devraient profiter d’une base solide de croissance en 2020, tirée par le portefeuille important de projets au quatrième trimestre.

Performance pour l’exercice 2019 et résultats financiers

En 2019, le chiffre d’affaires ressort à 3 370 millions d’euros, en croissance organique de 10%. Hors impact de la baisse des commissions d’interchange, le chiffre d’affaires net atteint 2 895 millions d’euros, en croissance organique de 11%. En données publiées, le chiffre d’affaires est ressorti en croissance de 27% par rapport à 2018 et intègre un effet de change positif de 32 millions d’euros.

La business unit Retail a réalisé un chiffre d’affaires de 1 919 millions d’euros, en croissance organique de 11%. Hors impact de la baisse des commissions d’interchange, le chiffre d’affaires net atteint 1 444 millions d’euros, en croissance organique de 12%. A données publiées, l’activité a progressé de 43% au cours de l’année et intègre un effet de change positif de 12 millions d’euros.

Au cours de l’année, B&A a généré un chiffre d’affaires de 1 451 millions d’euros, en croissance de 10% à données comparables. A données publiées, l’activité a progressé de 11% et intègre un effet de change positif de 20 millions d’euros. 

Marge brute ajustée

En 2019, la marge brute ajustée a atteint 1 240 millions d’euros (1 235 millions d’euros, hors impact d’IFRS 16), soit 36,8% du chiffre d’affaires (36,7% du chiffre d’affaires hors impact d’IFRS 16), par rapport à la marge brute proforma 2018 de 1 170 millions, soit 38,6% du chiffre d’affaires.

La marge brute ajustée de Retail a été stable malgré les investissements réalisés dans le cadre des initiatives de croissance, et celle de B&A a été impactée comme attendu par un mix géographique défavorable, principalement lié à la croissance organique de 64% en Amérique Latine et à la pression sur les prix dans certains pays matures, comme anticipé.

Charges opérationnelles ajustées

En 2019, les charges opérationnelles ajustées se sont élevées à 634 millions d’euros. Retraité de l’impact positif d’IFRS 16 de 28 millions d’euros, les charges opérationnelles ajustées ressortent à 662 millions d’euros, affichant une baisse de 160 points de base en pourcentage du chiffre d’affaires (19,6% contre 21,2% en 2018 proforma), tandis que la base du chiffre d’affaires progresse de ~340 millions d’euros. La baisse du taux de charges opérationnelles ajustées s’inscrit dans le cadre du lancement d’un programme de contrôle des coûts ambitieux, initié d’abord chez Retail au cours du deuxième semestre 2018, puis développé et rapidement déployé chez B&A et au sein des fonctions support Groupe, au travers du plan Fit for Growth.

Marge d’EBITDA

L’EBITDA s’élève à 606 millions d’euros, intégrant un effet positif d’IFRS 16 de 33 millions d’euros. Retraité de cet effet, l’EBITDA s’élève à 573 millions d’euros, contre 527 millions d’euros sur 2018 à données comparables (488 millions d’euros à données publiées), soit une hausse de 46 millions d’euros, dont 20 millions d’euros générés par le plan Fit for Growth.

Retail a généré un EBITDA de 301 millions d’euros. Retraité de l’effet positif d’IFRS 16 de 20 millions d’euros, l’EBITDA atteint 281 millions d’euros (14,6% du chiffre d’affaires) contre 250 millions d’euros (14,5% du chiffre d’affaires) sur l’année 2018 proforma, soit une hausse de 10 points de base. Retraité des 5 millions d’euros d’investissements en faveur d’initiatives de croissance ciblées, l’EBITDA serait de 286 millions d’euros, soit 14,9% du chiffre d’affaires, en hausse de 40 points de base. La performance globale est supérieure à l’objectif d’EBITDA annuel pour Retail, fixé à plus de 285 millions d’euros, atteignant 301 millions d’euros.

L’EBITDA de B&A ressort à 305 millions d’euros. Retraité de l’effet positif d’IFRS 16 de 12 millions d’euros, l’EBITDA a atteint 293 millions d’euros (20,2% du chiffre d’affaires) par rapport à celui de 277 millions d’euros (21,2% du chiffre d’affaires) de l’exercice 2018, en baisse de 100 points de base. Cette hausse de l’EBITDA de 16 millions d’euros s’explique principalement par la surperformance du chiffre d’affaires en Amérique Latine. En cohérence avec ce qui avait été communiqué précédemment dans le cadre du plan B&A Revival, l’impact positif du plan Fit for Growth sur l’EBITDA de l’année a permis de compenser la pression sur la marge brute provenant de l’évolution du mix géographique et de la pression sur les prix de certains pays matures. La performance globale est en ligne avec l’objectif annuel d’EBITDA pour B&A à ~305 millions d’euros.

EBIT et résultat opérationnel

La marge d’EBIT représente 13,8% du chiffre d’affaires et atteint 464 millions d’euros. Retraité de l’effet positif d’IFRS 16 de 4 millions d’euros, l’EBIT a atteint 460 millions d’euros contre 443 millions d’euros en 2018 proforma.Après avoir pris en compte les autres produits et charges opérationnels, le résultat opérationnel retraité de l’effet positif d’IFRS 16 s’élève à 307 millions d’euros (9,1% du chiffre d’affaires).

Résultat net part du Groupe

Le résultat financier ressort à -40 millions d’euros, contre -38 millions d’euros en 2018. La charge d’impôts est stable et s’élève à 55 millions d’euros (taux d’imposition effectif de 20,2%), contre 52 millions d’euros en 2018 (taux d’imposition effectif de 21,5%).En 2019, le bénéfice net du Groupe attribuable aux actionnaires est ressorti à 208 millions d’euros contre 188 millions d’euros en 2018.

Génération de trésorerie

Le free cash-flow ressort en forte croissance sur l’année 2019, à 310 millions d’euros, par rapport à 238 millions d’euros en 2018. Les principaux éléments de l’amélioration de ce free cash-flow sont :

  • La contribution de l’augmentation de l’EBITDA de 85 millions d’euros à données publiées, nette de l’impact non-cash IFRS 16 ;
  • Une stabilisation du besoin en fonds de roulement dans un environnement de croissance forte, conséquence de la refonte complète du processus de contrôle des dépenses et d’une meilleure efficacité quant à la collecte des fonds ;
  • L’augmentation des investissements de 18 millions d’euros pour atteindre 135 millions d’euros (30 millions d’euros au sein de B&A et 105 millions d’euros au sein de Retail), contre 117 millions d’euros en 2018. L’intensité capitalistique est en ligne avec la politique d’investissement du Groupe à moyen terme ;
  • Les OIE ressortent en baisse de 5 millions d’euros pour atteindre 42 millions d’euros, en ligne avec notre objectif annuel ;
  • Stabilisation des intérêts payés à 20 millions d’euros ;
  • Diminution de 25 millions d’euros des impôts cash payés, passant de 90 millions d’euros en 2018 à 65 millions d’euros en 2019, à la suite d’un remboursement exceptionnel de 25 millions d’euros des autorités fiscales françaises.

En conséquence, le taux de conversion de l’EBITDA en free cash-flow a atteint 51%. Retraité des impacts d’IFRS 16 et du remboursement d’impôts exceptionnel de 25 millions d’euros des autorités fiscales françaises, le taux de conversion ressort à 50%, soit 1,0 point d’amélioration par rapport à 2018.

Dette nette du Groupe

La dette nette du Groupe a diminué à 1 307 millions d’euros par rapport à 1 518 millions d’euros en début d’année. Les principaux moteurs de cette évolution sont le free cash-flow de 310 millions d’euros et le versement net de 66 millions d’euros principalement lié à l’acquisition de Paymark. Le ratio d’endettement sur l’EBITDA3 est de 2,2x contre 3,1x à fin 2018.

Proposition de dividende par action

Conformément à la politique du Groupe en matière de dividende, une proposition de distribuer un dividende de 1,20 euro par action sera présentée à l’Assemblée Générale des actionnaires le 26 mai 2020, représentant un taux de distribution de 36%. Ce dividende sera payable en numéraire.

Exposition du Groupe aux risques relatifs à la propagation du corona virus Covid-19Ingenico a réalisé une estimation complète de l’exposition de ses collaborateurs et de ses activités aux risques relatifs à la propagation du corona virus Covid-19.

Cette estimation a été conduite sur la base des informations disponibles sur l’état d’avancement de la propagation du virus en Asie ainsi que dans les autres géographies incluant l’Europe dont l’Italie. Les résultats de cette analyse à date sont les suivants :

  • Collaborateurs : Le Groupe a immédiatement mis en place toutes les mesures nécessaires afin de protéger la santé de ses collaborateurs dans le monde et plus spécifiquement en Asie-Pacifique, telles que la limitation des voyages, le télétravail et l’utilisation obligatoire de matériels de protection conformes aux exigences sanitaires des gouvernements locaux. A la date du 25 février 2020, aucun cas d’infection n’a été relevé sur l’ensemble des collaborateurs du Groupe.
  • Activités de B&A : Une partie des composants entrant dans la fabrication des terminaux de paiement sont dépendant des fabricants asiatiques. Cependant, par la constitution de stocks à travers le monde et des lignes d’assemblage du Groupe hors de Chine (Brésil et Vietnam), B&A devrait bénéficier d’un retour rapide de ses capacités de production. Néanmoins, quelques délais pourraient apparaitre conduisant à un transfert limité de chiffre d’affaires du T1’20 vers le T2’20.
  • Activités de Retail : En conséquence indirecte d’un ralentissement des déplacements internationaux, quelques activités de la business unit Retail, plus particulièrement Global Online, pourraient être impactées conduisant à un transfert potentiel de chiffre d’affaires du H1’20 au H2’20.

A date d’aujourd’hui, le scénario central d’Ingenico est basé sur une réouverture progressive des usines asiatiques d’ici la fin mars 2020 et une reprise des déplacements internationaux au second semestre 2020.

Globalement, Ingenico a mis en place toutes les mesures nécessaires afin de protéger ses collaborateurs et de minimiser les impacts sur ses activités. Ces mesures sont contrôlées de façon journalière et la situation est analysée de façon hebdomadaire par un comité ad-hoc composé du top management.

Mise en place de Fit for Growth

Le plan Fit for Growth a été lancé en février 2019 et est aujourd’hui en pleine phase d’exécution. Son objectif est de relancer la Business Unit B&A, d’accélérer la croissance de Retail tout en transformant la structure du Groupe et son modèle opérationnel d’ici 2021. Des étapes-clés ont d’ores et déjà été atteintes au cours de l’année 2019 :

1) B&A continue de déployer à l’international les solutions Android en s’appuyant sur son nouveau centre de compétences et a mis en place des initiatives relatives à la gestion commerciale de ses comptes clients internationaux délivrant d’ores et déjà des premiers résultats. À la suite de la mise en place du plan B&A Revival, la rationalisation du portefeuille de produits se matérialise avec la réduction de ~60% du nombre de références existantes. En parallèle, la stratégie d’EMS unique a été menée à bien au cours de l’année ;

2) Retail a lancé certaines de ses initiatives de croissance, notamment le déploiement de l’offre d’acquiring auprès des marchands existants dans la région Benelux. En parallèle, Enterprise a commencé à déployer des solutions complètes de services pour adresser des segments spécifiques. Global Online a continué d’accélérer au sein du vertical du « Voyage ». L’intégration de Payone est en ligne avec le plan et la conversion de la clientèle des Caisses d’Epargne aux solutions de paiement de Payone a continué de progresser ;

3) Au cours de l’année 2019, le Groupe a défini le modèle opérationnel cible permettant de rentrer dans sa phase d’implémentation et la simplification des ERP a été engagée. Comme annoncé en février 2019, la réorganisation juridique avec la création de deux Business Units (B&A et Retail) est achevée. Dans l'intervalle, la rationalisation et la migration des data centers ainsi que l'optimisation des Achats, par la mise en place d’une fonction globale, se poursuivent. Enfin, l’implémentation de l’offshoring et du nearshoring se met en place et commence à délivrer les effets escomptés.

L’exécution du plan Fit for Growth est en ligne avec le plan de marche prévu, et permet d’atteindre l'impact positif d'EBITDA de 20 millions d'euros anticipé en 2019 et de confirmer l'impact positif d'EBITDA de 100 millions d'euros anticipé pour 2021.

B&A : lancement de l’offre « PPaaS » (Payments Platform as a Service solutions)

Tirant le bénéfice du lancement et de l’exécution de son plan « B&A revival » en 2019, la Business Unit B&A a dégagé une croissance profitable solide, portée par la montée en puissance de ses solutions Tetra et l’internationalisation de son offre business de terminaux Android en environnement ouvert. En parallèle, B&A a annoncé le déploiement de sa solution « Terminal as a Service » (TaaS), qui permettra d’offrir une nouvelle gamme complète de services à ses clients de B&A.

B&A amorce aujourd’hui une nouvelle étape dans sa stratégie en lançant l’initiative « PPaaS » (Payment Platform as a Service solutions). Cette solution permet de répondre de manière parfaitement adaptée aux besoins de transformation d’une base installée d’acceptation de paiements, en créant une nouvelle expérience de commerce digitalisé. Avec cette initiative, B&A repositionne la chaîne de valeur de l’acceptation et offre ainsi une plateforme de paiements en environnement ouvert, centrée API, avec un nouveau service à destination de l’ensemble de l’écosystème, qu’il s’agisse des banques, acquéreurs, ISOs, ISVs, PSPs, agrégateurs ou des acteurs de la Fintech. Ce lancement fera de B&A le facilitateur référence de l’écosystème sur les solutions business et de paiements intégrés.

Avec cette nouvelle plateforme de paiements sécurisée, flexible, basée dans le cloud et intégrant des services à forte valeur ajoutée, B&A contribuera à apporter à ses clients :

  • Une plateforme évolutive et de portée mondiale, offrant une gamme complète de services, sans avoir recours à un investissement d’infrastructures exhaustif ;
  • Des solutions verticalisées et cross-canales intégrées, avec un déploiement simplifié grâce aux API ;
  • Une connexion très rapide et efficace à de nouveaux services ou zones géographiques réduisant considérablement les cycles de mise en œuvre ;
  • Un routage des transactions omnicanales facilité et des analyses de données agrégées :
  • Une plateforme hardware agnostique, et ;
  • Une offre flexible avec des forfaits d’abonnements et un modèle de consommation basé sur les API.

Pour déployer PPaaS, B&A investira une première tranche de 10 millions d’euros en 2020 pour accélérer le développement de l’écosystème et rendre la solution disponible pour que ses clients de B&A connectent leurs marchands à la plateforme cloud d’ici au premier semestre 2020.

En passant d’un modèle d’acceptation de paiements centré hardware, à un modèle financier axé sur des revenus récurrents, B&A entre dans une nouvelle ère et anticipe dans les cinq prochaines années de :

  • Migrer 50% de sa base de clients vers des offres PPaaS et TaaS ;
  • Réaliser 30% de son activité sur un modèle de revenus récurrents, contre 15% aujourd’hui, et ;
  • Consolider son profil de rentabilité future au niveau actuel (c.22%).

Nouveau format de reporting financier

En 2020, Ingenico va mettre en place un nouveau format de reporting financier, afin de faciliter la lecture de la performance financière de ses deux Business Units, et ce conformément aux meilleurs pratiques de marché européennes et américaines. Le nouveau format affectera deux agrégats financiers comme suit :

  • Chiffre d'affaires : présentation du chiffre d'affaires brut Retail (y compris les commissions d'interchange) au chiffre d’affaires net Retail (hors commissions d'interchange), conduisant à un retraitement du chiffre d'affaires de 475 millions d'euros en 2019 (de 1 919 millions d'euros de chiffre d'affaires brut à 1 444 millions d'euros de chiffre d'affaires net). Les prévisions de croissance organique pour 2020 s'appliqueront au chiffre d’affaires net ;
  • EBITDA : identification des coûts centraux et publication d’un EBITDA par Business Unit, hors réallocation des coûts centraux. Les objectifs d'EBITDA 2020 détailleront l’EBITDA Retail (hors coûts centraux), l’EBITDA B&A et les coûts centraux.

Objectifs 2020

  • Chiffre d’affaires net : le Groupe anticipe une croissance organique de son chiffre d’affaires entre 4% et 6% avec une croissance du chiffre d’affaires de B&A prévue entre -1% et +1% et une croissance à deux chiffres de Retail.
  • EBITDA : le Groupe vise un EBITDA supérieur à 650 millions d’euros, intégrant l’impact positif de Fit for Growth de 45 millions d’euros. Cet objectif intègre :
    1. ~330 millions d’euros d’EBITDA pour B&A, intégrant 10 millions d’euros d’investissements dédiés au programme PPaaS
    2. Plus de 365 millions d’euros d’EBITDA pour Retail
    3. ~45 millions d’euros d’économies sur les coûts centraux
  • Free cash-flow : le Groupe ambitionne d’atteindre une conversion de son EBITDA en free cash-flow supérieure à 50%, soit un free cash-flow de~330 millions d’euros.

Le présent document contient des données de nature prospective. Les tendances et objectifs indiqués dans le présent document sont fondés sur des données, hypothèses et estimations, considérées comme raisonnables par Ingenico Group. Ces données, hypothèses et estimations, sont susceptibles d’évoluer ou d’être modifiées en raison des incertitudes liées notamment aux résultats d’Ingenico Group et de ses filiales. Ces données de nature prospective ne constituent en aucun cas une garantie de performance future, présentent des risques et des incertitudes. Les résultats réels sont susceptibles d’être substantiellement différents de ceux figurant dans ces données de nature prospective. Ingenico Group ne prend donc pas d’engagement ferme sur la réalisation des objectifs figurant dans le présent document. Ingenico Group et ses filiales, dirigeants, représentants, employés et conseils respectifs n’acceptent aucune responsabilité de quelque nature que ce soit au titre de ces informations prospectives. Le présent document ne constitue en aucun cas une offre de vente ou la sollicitation d’une offre d’acquisition ou de souscription de valeurs mobilières ou instruments financiers.

À propos d’Ingenico Group

Avec son offre de solutions de paiement sécurisées sur l’ensemble des canaux de vente, Ingenico Group (Euronext : FR0000125346 - ING), leader mondial des solutions de paiement intégrées, accompagne les évolutions du commerce de demain. S’appuyant sur le plus large réseau d’acceptation de paiement dans le monde, nos solutions s’adaptent à la fois aux exigences locales et aux ambitions internationales de nos clients. Ingenico Group est le partenaire de confiance des institutions financières et des marchands, des petits commerçants aux enseignes référentes de la grande distribution.  En nous confiant la gestion de leurs activités de paiement, nos clients peuvent se concentrer sur leur métier et tenir leur promesse de marque.

Suivez Ingenico :www.ingenico.com         twitter.com/ingenico 

Pour consulter toutes les publications de nos experts, rendez-vous sur notre blog.

Contacts / Ingenico Group

InvestisseursLaurent MarieVP Relations investisseurs & Communication financière laurent.marie@ingenico.com (T) / (+33) (0)1 58 01 92 98   CommunicationHélène CarlanderPR Officerhelene.carlander@ingenico.com(T) / +33 (0) 1 58 01 83 17

 

Evénements à venir

Chiffre d’affaires du premier trimestre 2020 : 28 avril 2020 (post clôture)

 

ANNEXE 1 :

Base de préparation des comptes consolidés 2019

Les comptes de l’exercice 2019 ont été arrêtés par le Conseil d’Administration qui s’est réuni le 25 février 2020. Les procédures d'audit sur les comptes consolidés et annuels de l’exercice 2019 d’Ingenico Group SA ont été effectuées.

Les états financiers consolidés sont établis conformément aux normes IFRS. Afin de fournir des informations comparables pertinentes d’un exercice sur l’autre, les éléments financiers sont présentés en retraitant la charge d’amortissement liée à l’acquisition de nouvelles entités. En vertu de la norme IFRS3R, le prix d’acquisition de nouvelles entités est affecté aux actifs identifiables intégrés dans le périmètre puis amorti sur des durées définies.

Les principaux éléments financiers 2019 sont commentés sur une base ajustée, c’est-à-dire avant impact des écritures d'allocation du prix d'acquisition ("PPA") – voir Annexe 4.

Les éléments de marge brute ajustée et de charges opérationnelles ajustées sont commentés avant amortissements, dépréciations et provisions, coûts des rémunérations fondées sur actions ainsi que les écritures d’allocation du prix d’acquisition (« PPA ») – voir Annexe 4.

L’EBITDA (Excédent Brut d’Exploitation) est une notion extracomptable représentant le résultat opérationnel courant avant amortissements, dépréciations et provisions, et coût des rémunérations fondées sur des actions. La réconciliation du résultat d’exploitation ajusté à l’EBITDA est disponible en Annexe 4.

Le résultat d’exploitation indiqué (EBIT) correspond au résultat opérationnel courant ajusté de la charge d’amortissement des prix d’acquisitions affectés aux actifs dans le cadre des regroupements d’entreprises.

Le free cash-flow représente l’EBITDA diminué : des éléments cash, des autres produits et charges opérationnels, de la variation de besoin en fonds de roulement, des investissements nets des produits de cession des immobilisations corporelles et incorporelles, des charges financières payées nettes des produits financiers encaissés et de l’impôt payé.

La dette nette commentée exclut la ligne de financement du préfinancement marchands, ainsi que les passifs liés aux contrats de location résultant de l'IFRS 16.

 

ANNEXE 2Suite à la finalisation de la refonte du modèle d’affaires opérationnel, le reporting a été ajusté de la manière suivante :

  • Retraitement de la contribution des activités Healthcare France cédées fin 2019
  • Reconnaissance du chiffre d’affaires Mexique dans la région Amérique du Nord contre Amérique Latine auparavant liée à un changement de responsabilités managériales

En parallèle, comme annoncé et afin d’apporter plus de transparence et de faciliter la lecture des performances, le chiffre d’affaires est maintenant publié en net (hors commissions d’interchange).

1. ANCIEN REPORTING EN BASE PUBLIEE (CHIFFRE D'AFFAIRES BRUT)  
En million d'euros T1 2019 T2 2019 T3 2019 T4 2019 2019
Retail 435  471  501  512  1 919 
SMBs 79  85 90  89  343 
Global Online 133  141 152  155  582 
Entreprise 91  104 101  116  412 
Payone 131  142 158  152  582 
Banques & Acquéreurs 318  387 379  367  1 451 
EMEA 110  130 116  118  473 
Amérique Latine 65  78 96  85  325 
Amérique du Nord 31  42 56  60  189 
APAC 112  136 111  104  463 
TOTAL 753  858 880  879  3 370 
           
2. NOUVEAU REPORTING EN BASE PRO FORMA (CHIFFRE D'AFFAIRES BRUT)  
En million d'euros T1 2019 PF T2 2019 PF T3 2019 PF T4 2019 PF 2019 PF
Retail 430  464  500  512  1 906 
SMBs 79  85  90  89  343 
Global Online 133  141  152  155  582 
Entreprise 87  96  99  116  399 
Payone 131  142  158  152  582 
Banques & Acquéreurs 319  389 376  365  1 449 
EMEA 111  132 117  119  479 
Amérique Latine 57  72 83  81  293 
Amérique du Nord 37  46 62  57  201 
APAC 115  140 114  108  477 
TOTAL 749  853  875  878  3 355 
3. ANCIEN REPORTING EN BASE PUBLIEE (CHIFFRE D'AFFAIRES NET)  
En million d'euros T1 2019 T2 2019 T3 2019 T4 2019 2019
Retail 324  351  376  394  1 444 
SMBs 57  60 64  66  246 
Global Online 85  90 99  101  374 
Entreprise 91  104 101  116  412 
Payone 91  98 112  111  412 
Banques & Acquéreurs 318  387 379  367  1 451 
EMEA 110  130 116  118  473 
Amérique Latine 65  78 96  85  325 
Amérique du Nord 31  42 56  60  189 
APAC 112  136 111  104  463 
TOTAL 642  738 755  761  2 895 
           
4. NOUVEAU REPORTING EN BASE PRO FORMA (CHIFFRE D'AFFAIRES NET)  
En million d'euros T1 2019 PF T2 2019 PF T3 2019 PF T4 2019 PF 2019 PF
Retail 319  344  374  394  1 431 
SMBs 57  60  64  66  246 
Global Online 85  90  99  101  375 
Entreprise 87  96  99  116  399 
Payone 91  98  112  111  412 
Banques & Acquéreurs 319  389 376  365  1 449 
EMEA 111  132 117  119  479 
Amérique Latine 57  72 83  81  293 
Amérique du Nord 37  46 62  57  201 
APAC 115  140 114  108  477 
TOTAL 637  733  750  760  2 881 

ANNEXE 3 Compte de résultats, Bilan et Tableau de flux

1. COMPTE DE RESULTATS CONSOLIDES    
     
(en millions d'euros) 2019* 2018
     
CHIFFRE D'AFFAIRES 3 370 2 643
Coût des ventes (2 208) (1 649)
     
MARGE BRUTE 1 162 995
     
Charges commerciales et marketing (302) (250)
Frais de recherche et développement (190) (171)
Frais administratifs (306) (248)
     
RESULTAT OPERATIONNEL COURANT 364 326
     
Autres produits opérationnels 5 0
Autres charges opérationnelles (58) (48)
     
RESULTAT OPERATIONNEL 311 278
     
RESULTAT FINANCIER (40) (38)
     
Quote-part du résultat des sociétés mises en équivalence - 0
     
RESULTAT AVANT IMPOTS 271 241
     
Impôts sur les bénéfices (55) (52)
     
RESULTAT NET 217 189
     
Attribuable aux :    
- actionnaires d'Ingenico Group SA 208 188
- participations ne donnant pas le contrôle 9 1
     
RESULTAT PAR ACTION (en euros)    
Résultat :    
- de base 3,35 3,05
- dilué 3,29 2,99

* incluant l’impact IFRS 16

 

2. BILAN CONSOLIDE    
     
ACTIF    
(en millions d'euros) 2019* 2018
Goodwill 2 800 2 491
Autres immobilisations incorporelles 1 105 965
Immobilisations corporelles 187 90
Participations dans les sociétés mises en équivalence 1 8
Actifs financiers 32 23
Actifs d'impôt différé 56 53
Autres actifs non courants 59 37
TOTAL DES ACTIFS NON COURANTS 4 241 3 666
Stocks 188 188
Clients et créances d'exploitation 713 651
Créances liées à l'activité d'intermédiation 336 243
Autres actifs courants 43 38
Créances d'impôt courant 21 36
Instruments financiers dérivés 6 16
Fonds liés à l'activité d'intermédiation 1 206 462
Trésorerie et équivalents de trésorerie 814 775
TOTAL DES ACTIFS COURANTS 3 326 2 409
TOTAL DES ACTIFS 7 567 6 075
     
PASSIF    
(en millions d'euros) 2019* 2018
Capital 64 63
Primes d'émission et d'apport 902 867
Autres réserves 1 354 990
Ecarts de conversion (82) (76)
Capitaux propres attribuables aux actionnaires d'Ingenico Group SA 2 238 1 845
Participations non donnant pas le contrôle 275 6
TOTAL CAPITAUX PROPRES 2 513 1 850
Dettes financières à long terme 1 653 1 864
Provisions pour retraites et engagements assimilés 63 21
Autres provisions à long terme 21 23
Passifs d'impôt différé 222 204
Autres dettes non courantes 59 59
TOTAL DES PASSIFS NON COURANTS 2 018 2 171
Dettes financières à court terme 643 466
Autres provisions à court terme 21 16
Dettes fournisseurs et autres dettes courantes 670 626
Dettes liées à l'activité d'intermédiation 1 470 665
Dettes diverses 183 252
Dettes d'impôt exigible 45 27
Instruments financiers dérivés 5 2
TOTAL DES PASSIFS COURANTS 3 036 2 054
TOTAL DES PASSIFS 5 054 4 225
TOTAL DES CAPITAUX PROPRES ET DES PASSIFS 7 567 6 075

* incluant l’impact IFRS 16

3. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE CONSOLIDE    
     
(en millions d'euros) 2019* 2018
     
Résultat de la période 217 189
Ajustements pour :    
- Résultat des mises en équivalence - (0)
- Elimination de la charge (produit) d'impôt 55 52
- Elimination des amortissements et provisions 231 162
- Elimination des profits/pertes de réévaluation (juste valeur) 7 (1)
- Elimination des résultats de cession d'actifs 5 0
- Elimination des charges (produits) d'intérêts nettes 40 36
Coût des paiements fondés sur des actions 12 0
Intérêts versés (32) (24)
Impôts payés (65) (90)
Résultat opérationnel avant variation du besoin en fonds de roulement 469 323
  stocks 3 (22)
  créances et autres débiteurs (2) (94)
  dettes fournisseurs et autres créditeurs (2) 138
Variation du besoin en fonds de roulement (2) 22
Besoin en fonds de roulement de l'activité d'intermédiation (33) (6)
FLUX DE TRESORERIE PROVENANT DES ACTIVITES OPERATIONNELLES 434 339
Acquisitions d'immobilisations corporelles et incorporelles (136) (117)
Produit de cessions d'immobilisation corporelles, incorporelles et financières 1 1
Produit de cessions de participations des entreprises mises en équivalence 5 -
Acquisition de filiales sous déduction de la trésorerie acquise (73) (36)
Cession de filiales sous déduction de la trésorerie cédée 15 -
Prêts et avances consentis (5) (3)
Remboursements reçus sur prêts 2 6
Dividendes reçus 0 0
Intérêts encaissés 9 7
FLUX DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS D'INVESTISSEMENT (183) (143)
Augmentation de capital 2 -
(Achats)/Ventes d'actions propres 0 (87)
Emissions d'emprunts 35 304
Remboursements d'emprunts (250) (96)
Changements de parts d'intérêts dans des entités contrôlées - (93)
Financement de l'activité d'intermédiation 32 4
Variation des autres dettes financières (30) (1)
Effet des instruments financiers dérivés de couverture 0 (1)
Dividendes versés aux actionnaires (34) (55)
Impôt sur les opérations de financement - 4
FLUX  DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS DE FINANCEMENT (245) (19)
Incidence de la variation de cours des devises 2 (3)
VARIATION DE TRESORERIE 8 174
     
Trésorerie et équivalents de trésorerie d'ouverture 763 589
Trésorerie et équivalents de trésorerie de clôture (1) 771 763
     
     
  2019* 2018
(1)  TRESORERIE ET EQUIVALENTS DE TRESORERIE    
Valeurs mobilières de placement et dépôts à terme (uniquement pour la partie qui a un caractère de disponibilités) 190 103
Disponibilités 624 672
Comptes créditeurs de banque (43) (12)
TOTAL TRESORERIE ET EQUIVALENTS DE TRESORERIE 771 763

* incluant l’impact IFRS 16

 

ANNEXE 4

Impact des écritures d'allocation du prix d'acquisition ("PPA")

(en millions d’euros) 2019 ajusté Autre DAP 2019 horsPPA Impact PPA 2019incl. PPA
Marge brute 1 240 (45) 1 195 (34) 1 162
Charges opérationnelles (634) (98) (732) (67) (799)
EBITDA/Résultat opérationnel courant 606 (143) 464 (101) 363

Réconciliation du résultat opérationnel courant à l’EBITDA

L’EBITDA correspond au résultat opérationnel courant, retraité des éléments suivants :

  • les amortissements et dépréciations des immobilisations corporelles et incorporelles, nettes des reprises (y compris sur dépréciation des goodwill ou d’autres immobilisations incorporelles ayant une durée de vie indéterminée, mais à l’exclusion des dépréciations des stocks, clients et créances d’exploitation et autres actifs courants) et y compris les provisions (courantes et non courantes) comptabilisées au passif, nettes des reprises ;
  • les charges comptabilisées dans le cadre de l’attribution d’options d’achats d’actions, d’actions gratuites ou de tout autre paiement dont la comptabilisation relève de la norme IFRS 2                     (« Rémunérations fondées sur des actions »).

Tableau de réconciliation :

(en millions d’euros) 2019 2018
Résultat opérationnel courant 363 326
Amortissement des actifs issus d’acquisitions (PPA) 101 90
EBIT 464 416
Autres amortissements et provisions 130 71
Coûts des rémunérations fondées sur des actions 12 0
EBITDA 606 488

 

1 A périmètre et change constants2 EBITDA n’est pas un terme comptable ; il s’agit d’un indicateur financier défini ici comme le bénéfice provenant des activités ordinaires avant dotations aux amortissements et provisions et avant rémunération en actions.

3 Le chiffre d’affaires net n’est pas un indicateur de performance au sens des normes IFRS4 L’EBITDA est présenté en incluant l’impact IFRS 16

Pièce jointe

  • CP_FY19_ING_GROUP_25_02_2020
Ingenico (EU:ING)
Historical Stock Chart
From Oct 2020 to Nov 2020 Click Here for more Ingenico Charts.
Ingenico (EU:ING)
Historical Stock Chart
From Nov 2019 to Nov 2020 Click Here for more Ingenico Charts.